La profession d'écrivain biographe n'est pas encadrée par la loi, ce qui explique que vous puissiez rencontrer de grandes disparités d'offres.

 Je suis membre du réseau d’écrivains biographes « Nègres pour Inconnus », fondé il y a plus de 20 ans par Guillaume Moingeon, journaliste et écrivain.

 Ce réseau est reconnu pour son professionnalisme et sa déontologie.

  • Notre collaboration doit s'appuyer sur le respect et la confiance : vous validez les pages de votre récit à mesure qu'elles sont rédigées. Vous seul(e) décidez de ce qui sera finalement écrit ou non.
  • Mon écoute sera toujours bienveillante et discrète. A aucun moment je ne me permettrai de juger votre comportement ou vos choix, ce n'est pas ma mission. Et quoi que vous me confiiez au gré de nos échanges, cela restera entre nous.
  • Mon rôle n'est pas de contrôler la véracité de vos paroles, de savoir si vous fantasmez un peu votre vie ou modifiez dates et lieux. J'interprète votre voix en langage écrit mais vous demeurez libre et responsable de vos propos.
    En revanche, je refuserai la rédaction de tout propos diffamatoires ou injurieux, qui sont punis par la loi.
  • C'est vous qui fixez la fréquence de nos rencontres, que ce soit pour des raisons budgétaires, des questions de disponibilité....
  • A tout moment vous restez libre d'interrompre notre collaboration, sans rien me devoir. Cette liberté vous est garantie par le règlement à la séance.

 

Une tarification à la séance basée sur le coût moyen d'un artisan : une heure d'entretien à 60 euros + 60 euros de travail de réécriture.

Pour bien faire, il est évident que la réécoute, la relecture, le choix des mots et l'écriture prennent davantage qu'une heure, mais c'est au biographe de gérer cette partie là de votre ouvrage. Vous n'êtes pas responsable de son éventuelle défaillance à trouver le mot juste, de sa lenteur suite à son absence d'implication lors de vos entretiens...

 

 

Il ne serait pas sérieux de revenir vers vous en vous demandant de régler parfois 3 heures de réécriture, parfois 2 heures, et parfois 4 heures : ce ne serait ni crédible ni honnête.

Cette modalité de tarification est le gage du professionnalisme de votre biographe.

 

Si vous choisissez un biographe avec un faible coût horaire, veillez à lui demander combien d'heures totales il faut compter pour une séance, incluant le temps d'écoute et le temps de réécriture : la facture peut rapidement monter.

 

Pour les mêmes raisons, je ne vous demanderai aucune avance et ne vous proposerai pas de forfait.

 Vous proposer un forfait pour une biographie ne serait pas sérieux : ni vous ni aucun professionnel ne peut dire au préalable combien d'entretiens seront nécessaires pour finaliser votre récit. Dés lors, il y a fort à parier qu'un forfait vous fera au final payer trop cher : vous n'aurez jamais un ouvrage de 100 pages au prix de 50 mais plus sûrement l'inverse, et vous n'aurez aucun moyen d'en juger.